Qui a tué à Bentalha ? PDF

Les Chercheurs d’os, Tahar Djaout, Du Seuil, 1984, 5 euros (14,40 euros neufs) 29.


ISBN: B00AN8SSJY.

Nom des pages: 195.

Télécharger Qui a tué à Bentalha ? gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Ce livre est le témoignage poignant d’un homme, Nesroulah Yous, qui a vécu la nuit du 22 septembre 1997 pendant laquelle deux cents hommes armés ont investi une banlieue d’Alger. Ce qui semblait être un acte de folie barbare des groupes islamiques se révèle répondre à une autre cohérence : celle de la manipulation directe de la violence islamiste par les services secrets algériens. (Cette édition numérique reprend, à l’identique, l’édition originale de 2000.)

Le 22 septembre 1997, au début de la nuit, quelque deux cents hommes armés investissent un quartier de Bentalha, une banlieue éloignée d’Alger. Méthodiquement, ils massacrent plus de 400 personnes, hommes, femmes et enfants. Les cris des victimes et les déflagrations de bombes s’entendent à des kilomètres. Les militaires, eux, prennent position à quelques dizaines de mètres de là avec des blindés et des ambulances, sans intervenir et empêchant même les voisins de porter secours. Ce livre est le témoignage poignant d’un homme, Nesroulah Yous, qui a vécu cette nuit cauchemardesque. À travers son récit, apparaît une tout autre version du drame que celle autorisée par le régime algérien. Ce qui semblait être un acte de folie barbare des groupes islamiques se révèle répondre à une autre cohérence : celle de la manipulation directe de la violence islamiste par les services secrets algériens. Et en faisant le récit de la vie quotidienne à Bentalha depuis le coup d’État de 1992, Nesroulah Yous montre comment ce massacre s’inscrit dans une évolution tragiquement logique, largement occultée par les médias algériens et français. Dans une postface, Salima Mellah et François Gèze replacent ce témoignage en perspective. Ils retracent le rôle joué par les groupes islamistes armés dans la  » seconde guerre d’Algérie « , qui a fait plus de 150 000 morts. Et ils proposent une synthèse à ce jour inédite de l’ensemble des indices qui laissent supposer l’implication des militaires algériens dans bien des massacres et des actions armées attribuées aux islamistes.

L’économiste. 1997a. « Algérie: Mayhem. » Août 2. The Economist. 1997b. « Algérie: un changement de ton français? » 11 octobre. Les rebelles islamistes auraient tué un jeune chanteur de cabaret. Pourtant, je pouvais comprendre (mais ne pas justifier ou excuser) comment et pourquoi des gens comme lui ont suivi le chemin djihadiste et ont tué au nom de leur cause.

Au pire, les forces de sécurité algériennes déguisées en GIA ont elles-mêmes fait le sale boulot. Omayra Sanchez, 12 ans, pris au piège dans les débris causés par l’éruption du volcan Nevado del Ruiz. Willis, Michael. 1998. « Atrocités en Algérie: pourquoi massacrer son propre peuple? » The Observer, 11 janvier. Un massacre est un incident spécifique qui implique le meurtre de personnes, mais pas nécessairement un crime contre l’humanité.