L’art idéaliste et mystique : doctrine de l’Ordre et du salon annuel des Roses-croix (Éd.1894) PDF

Elève de Hoguet, Hertel et Gussow à Berlin, et de Bracht à Paris.


ISBN: 2012566669.

Nom des pages: 206.

Télécharger L’art idéaliste et mystique : doctrine de l’Ordre et du salon annuel des Roses-croix (Éd.1894) gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

L’art idéaliste et mystique : doctrine de l’Ordre et du salon annuel des Roses-croix / Sar Peladan
Date de l’édition originale : 1894
Sujet de l’ouvrage : Rose-croix

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Il raconte comment l’une de ses premières productions, imprimée, est lue une nuit devant un cercle d’amis. C’est la langue de Pouchkine et Lermontoff, Turgueneff et Tolstoï. La secte juive qui a caché les manuscrits de la mer Morte dans les grottes n’était qu’une des nombreuses communautés ascétiques tôt se consacrant à une vie religieuse.

Palladian Mason cherche l’admission pour la première fois à l’un de ses. Mieux que n’importe quel romancier russe, Tchehoff comprend le vice fondamental de cette masse d ‘«intellectuels» russes, qui voient très bien les côtés sombres de la vie russe mais n’ont pas la force de rejoindre cette petite minorité de jeunes qui osent se rebeller contre le mal. Je ne pense pas que l’on ait le droit de discuter publiquement de ce qui se passe au plus profond de l’esprit d’un autre; mais, en nous racontant lui-même le drame intérieur et les luttes qu’il a vécues, le grand écrivain nous a, pour ainsi dire, invité à vérifier s’il avait raison dans ses raisonnements et ses conclusions; et en nous limitant au matériel psychologique qu’il nous a donné, nous pouvons en discuter sans intrusion indue dans les motifs de ses actions. On peut dire, bien sûr, que le principal héros, Nekludoff, n’est pas assez vivant; mais c’est tout à fait inévitable pour une figure qui est destinée à représenter, sinon l’auteur lui-même, du moins ses idées ou son expérience: c’est un inconvénient de tous les romans contenant tant d’éléments autobiographiques.